Clicky

Zoot Sims

Et si je reprenais ma galerie des grands du jazz ?…

Le titre n’est pas si bien adapté finalement. Je n’ai pas encore écrit sur Duke Ellington, Louis Armstrong, Charlie Parker, John Coltrane ou Count Basie, pour ne citer que certains de nos immenses du jazz… Ça viendra…Voici plutôt mes coups de coeur…

Et parmi ceux là, je place en très bon rang Zoot Sims!….Encore un sax, encore un sax tenor…..encore un sax qui a beaucoup écouté et aimé Lester Young!

John Haley Sims, surnommé “zoot”, est né le 29 octobre 1925 à Inglewood en Californie. Il a commencé par la clarinette (il jouait aussi fort bien du sax soprano) Après avoir évolué dans les big bands des années 40, notamment celui de Benny Goodman , il aura l’immense chance de faire partie des “brothers”, magnifique section de sax du Herd (troupeau) de chez Woody Herman. De 1947 à 1949, Zoot s’est retrouvé dans cette phalange, en épatante compagnie (Herbie Stewart, Richie Kamuca, Bob Cooper, Bill Perkins, Bill Holman et un certain Stan Getz!) Un moyen efficace de se fondre dans les moules , de prendre à droite et à gauche ce qu’il y a de meilleur et de parcourir les scènes du monde…
Puis Zoot va plutôt devenir une guest star dans les petites formations de Getz, Miles Davis, Clifford Brown et de Gerry Mulligan. On l’écoutera souvent avec son compère Al Cohn, un autre “brother” , lequel joue avec un son plus dur et moins de swing à mon goût.

Car, ce qui me plaît dans Zoot Sims, c’est son jeu au son plein, appuyé, parfaitement en place, swinguant..Soufflant avec conviction dans son bec en ébonite, avec son allure voutée et chaloupée, nonchalante, c’est un véritable puncheur qui sait se faire tendre sur les morceaux lents. “Une chose est impossible lorsqu’on parle de Zoot, , écrit Alain Tercinet, citer un mauvais disque de lui ou même un mauvais chorus” Il faut écouter notamment les disques enregistrés chez Pablo (avec Count Basie, Jimmy Rowles, ou Joe Pass), tous merveilleux. Et puis, je ne peux passer sous silence cet enregistrement étonnant de 1957, dans lequel Zoot joue de 4 altos en re recording (Fresh sound records FSR CD 447)…Vraiment génial!….

J’ai un penchant certain pour celui avec le guitariste Bucky Pizzarelli, disque que l’on peut retrouver sur Deezer. Il faut aussi écouter le “tenor conclave” de 1956 (Prestige- Carrere 9031 74634-2). On y entend ensemble aux côtés de Zoot, Hank Mobley, Al Cohn et John Coltrane! Avec, pour la rythmique, Red Garland (piano), Paul Chambers (basse) et Art Taylor (batterie). Zoot et Hank sont à mon sens au dessus du lot!….

Pour finir, je tiens de l’excellent livre de François et Yves BillardHistoires du saxophone” (collection Climats), des anecdotes croustillantes sur Zoot, “célèbre pour ses plaisanteries et son côté foufou”Stan Kenton aimait présenter au public des musiciens portant des chaussettes noires, et Zoot invariablement en arborait des blanches. Finalement , bon prince, Zoot finit par se passer les chevilles au cirage. Il eut aussi l’idée de faire fabriquer à sa taille des chaussures en forme de gants, l’orteil étant moulé. On peut imaginer l’expression de Kenton quand Zoot, ainsi chaussé, se leva pour la première fois pour aller prendre un solo devant le micro”….

Ce maître de la west coast nous a quittés en mars 1985 à l’âge de 60 ans. Restent ses disques, tous des trésors.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis