Charles Mingus et “Fables of Faubus”: Jazz, Politique et Contestation

La composition “Fables of Faubus” a été écrite par le contrebassiste et compositeur de jazz Charles Mingus. Cette œuvre est l’une de ses compositions les plus explicitement politiques, conçue comme une protestation directe contre le gouverneur de l’Arkansas, Orval Faubus. En 1957, ce dernier avait déployé la Garde nationale pour s’opposer à l’intégration raciale de lycée central de Little Rock par neuf adolescents afro-américains, déclenchant ce qui est devenu la crise de Little Rock.

Charles Mingus et Dannie Richmond Fables of Faubus
Initialement enregistrée comme un instrumental pour l’album de 1959 de Mingus, “Mingus Ah Um”, la chanson a finalement été enregistrée avec des paroles le 20 octobre 1960 pour l’album “Charles Mingus Presents Charles Mingus”, publié sur le label Candid, en raison de problèmes contractuels avec Columbia Records. La version Candid a été intitulée “Original Faubus Fables” en raison de l’incapacité de publier la chanson sous le nom de “Fables of Faubus”. Les paroles de la chanson comportaient un appel et une réponse entre Mingus et le batteur Dannie Richmond. La chanson, avec ou sans paroles, était l’une des compositions auxquelles Mingus revenait le plus souvent, à la fois sur disque et en concert. Elle a été reprise par de nombreux autres musiciens de jazz, tels que Gerry Mulligan, Lionel Hampton, Charlie Hunter, Oliver Lake, Project Trio et Jacob Fred Jazz Odyssey.

Les paroles de “Fables of Faubus” sont une satire mordante du gouverneur Faubus, le présentant comme un personnage ridicule et raciste, opposé à l’éducation et à la démocratie. Mingus et Richmond se moquent de lui en lui posant des questions rhétoriques et en lui lançant des insultes.

Un extrait des paroles illustre cette satire :

Oh, Seigneur, ne les laisse pas nous tirer dessus !
Oh, Seigneur, ne les laisse pas nous poignarder !
Oh, Seigneur, plus de croix gammées !
Oh, Seigneur, plus de Ku Klux Klan !
Nomme-moi quelqu’un de ridicule, Dannie.
Le gouverneur Faubus !
Pourquoi est-il si malade et ridicule ?
Il ne veut pas permettre aux écoles d’être intégrées.
Alors c’est un imbécile ! Boo ! Nazis fascistes suprémacistes.

Cette composition continue de marquer le paysage du jazz et de la protestation politique, démontrant l’engagement de Charles Mingus envers la justice sociale et sa forte réprobation des inégalités raciales. “Fables of Faubus” reste une œuvre incontournable, représentative de la capacité du jazz à véhiculer des messages puissants de contestation et d’espoir.

Commentaires
Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Ajoutez votre grain de sel à cet article

Votre email ne sera pas publiéLes champs requis sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.