Clicky

crooners

61CmRLb6mcL._SY300_Un peu de douceur dans ce monde de brutes…Je vous propose aujourd’hui de vous accompagner chez les tendres, les grands séducteurs, ceux qui bercent notre vie. Dans la variété américaine, mais par la suite mondiale, on a vu apparaître ceux que leurs détracteurs ont considéré comme des bellâtres, des mielleux interprètes…Et pourtant…Souvent superbement accompagnés, (orchestres de Billy May de Quincy Jones) jouant de leur voix avec sensibilité , chaleur et émotion, ils meublent nos moments les plus délicieux. Ce sont les “crooners” (de l’anglais to croon: fredonner). Dans le jazz vocal,  ils sont fort nombreux, pas toujours talentueux. Je laisse dans ce court aperçu les chanteuses, nos divas, auxquelles je consacrerai un billet très vite. Je ne vous parle pas non plus des chanteurs de blues, fort nombreux,  et qui méritent une place de choix que je leur réserverai dans un proche avenir.
CD-sablonMon choix,  nécessairement subjectif,  va porter sur le monde la variété et du jazz américain, après avoir cité Jean Sablon, notre crooner français, que les moins de…n’ont pu connaître….

Aux Etats unis, le véritable créateur de la spécialité a été de l’avis de beaucoup Rudy Vallee. Dans les années 30, on a vu naître ces grands orchestres les big bands. Souvent un chanteur était la vedette du groupe et Frank Sinatra s’est ainsi fait connaître avec l’orchestre de Harry James, mais surtout avec celui de Tommy Dorsey en janvier 1940.

Nous connaissons tous les quailtés de Sinatra (“the voice”). 5099968865214Beaucoup de jazzmen le considérent comme un exemple à suivre, tant sa diction est parfaite, sa mise en place impeccable, avec un goût très sûr et une facilité efficace pour la séduction. Il est notre crooner n°1!…. Difficile de le  détrôner. De la même génération, très connu, ayant beaucoup tourné au cinéma, Bing Crosby, sirupeux à souhait, n’arrivait pas à égaler Frank avec lequel il s’est souvent produit. A citer également Tonny Bennett, Dean Martin, et dans un style différent Mel Torme, avant que n’arrivent sur nos microsillons les plus jeunes Paul Anka et …Elvis Presley (oui. Une partie de son style est celui d’un crooner).. Dans les plus jeunes, l’étonnant Al Jarreau continue de nous épater..

Nat "King" Cole

Nat “King” Cole

Les  noirs américains sont fort nombreux à réunir nos suffrages. Beaucoup ont mis beaucoup de blues dans leur expression vocale. Certains d’entre eux doivent figurer ici, car ils savaient tout faire,  et surtout swinguer avec plus de force et de conviction encore que leurs confrères. R-3609757-1337262177-8055.jpeg

J’ai retenu les “blues shouter “”Big Joe Turner ancien tenancier de bar, Jimmy Witherspoon, , Wynonie Harris, Eddie (“cleanhead)  Vinson, Harry Belafonte, Sammy Davis Junior, John Hendricks,  Jimmy Rushing, Joe Williams. Comment faire l’impasse sur  Nat king Cole (dont je vous ai déjà beaucoup parlé!) ou encore sur Ray Charles ? Impossible!…Imprégné de blues, de gospel, le grand Ray savait nous séduire, voire nous captiver sur les plus belles chansons de la grande variété.,

La génération la plus récente fait suite à la grande épopée des anciens, malgré le “passé de mode”. La relève est là : John Pizzarelli, Harry Connick Jr, ou encore Gregory Porter, vous savez , celui qui chante avec un bonnet de laine sur la tête. Quel talent!….

Laissons nous charmer par les crooners.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis

Donnez votre avis

Votre email restera confidentiel. Les champs requis sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*