Clicky

Milt Jackson

Pour mon 100 ème billet dans le jipiblog (ça s’arrose!….ici en Guadeloupe, de l’eau, on en a!…..), j’ai envie de vous parler de Milt Jackson…L’arrivée chez nous à Vieux Habitants, d’un vibraphone Yamaha, me pousse à cette incursion dans un monde que je connais encore peu, même si Lionel Hampton a été un peu mon papa du jazz!…, ce papy auquel j’ai déjà réservé un billet.

Revenons à Milt Jackson. Il est né à Detroit dans le Michigan le 1er janvier 1923. Il nous quittés en 1999.

Très jeune, initié à la musique à l’église, comme il aimait le rappeler, après avoir reçu une formation théorique assez poussée, il se lance vite dans la grande aventure. Il touche à la contrebasse, à la guitare, et très vite au vibraphone, instrument de percussion peu utilisé à l’époque par les jazzmen (on peut évoquer déja Red Norvo et Lionel Hampton) …Sa rencontre avec Dizzy Gillespie à New York va être déterminante. En 1943, Milt Jackson a 20 ans. A cette époque, le bebop fait fureur, et le jeune musicien va vite pouvoir utiliser sa solide technique pour déjà faire merveille dans de grandes envolées harmoniques, avec ce toucher si particulier sur les lamelles. Très rapidement, le très doué vibraphoniste va rencontrer le saxophoniste Charlie Parker et le pianiste John Lewis (déjà!). Influences contrastées, mais enrichissantes. C’est pourtant au piano qu’il connaitra ses premiers grands moments d’ivresse musicale , en accompagnant notamment Lucky Thompson, Illinois Jacquet, Fats Navarro, Howard Mc Ghee, Ray Brown ou Kenny Clarke.

Ce n’est qu’au début des années 50 que prendra naissance et forme le Modern Jazz quartet, formation dans laquelle Milt Jackson retrouvera John Lewis. La notoriété de cet orchestre célèbre dans le monde entier, permettra à Bags (son surnom) de faire admirer au plus grand nombre sa magnifique frappe, avec un superbe rendu sur les lamelles. Finesse, nuances, grand sens du blues et du swing, un toucher presque délicat par rapport à celui d’Hampton, telle est l’expression musicale de Milt Jackson. Il reste dans toutes les occasions, un brin discret, l’air de ne pas y toucher, mais toujours surprenant par sa capacité à se promener avec dextérité et bon goût sur les thèmes difficiles. Il se sert merveilleusement de ses mailloches qui virevoltent , mais aussi de la pédale d’expression, ainsi que du vibrato, lequel s’actionne sur le vibes au moyen d’un petit moteur qui fait tourner des ailettes sous les lamelles en direction des résonateurs, ces longs tubes en métal, perpendiculaires , qui ornent l’instrument.

La discographie de Milt Jackson est copieuse. Outre son épopée jusqu’à 1974, au sein du MJQ, il est intéressant de l’écouter sur les disques Riverside (avec le guitariste Wes Montgomery) et dans les enregistrements Pablo (avec notamment Joe Pass ou Oscar Peterson Des videos sont nombreuses sur le marché, et notamment sur You tube où l’on peut voir et admirer Milt Jackson aux côtés des plus grands.

Très bonne année à toutes et à tous. Avec plein de musique…bien sûr!

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis

6 Commentaires

  1. OK,c’est celui là . Pierre sur les photos on voit bien les mailloches , même consistance que les DF 12 mais plus volumineuses . Introuvables dans le commerce Milt, se les faisant fabriquer pour lui à NY par un particulier .

  2. Je ne l’ai pas. Vu le commentaire de Jean Pierre, ça me donne très envie de le commander…et de l’écouter…..

    • Si c’est l’album cité par Jean-Pierre. Pour commander chez Amazon, il suffit de cliquer sur l’image et hop tu es sur la page d’Amazon.

  3. Rectificatif : j’ai retrouvé sur Amazon le Jackson-Peterson à Montreux que je qualifie “d’extraordinaire” et qui ne correspond pas à la pochette présentée :
    ” Milt Jackson Big Four at Montreux 1975″ avec Peterson , NHOP et Mickey Rocker chez Pablo .

    • Ne serait-ce pas ce disque ?
      MIlt Jackson Big 4 MIlt Jackson Big 4

  4. Un pertit commentaire de Jean Pierre DARMENDRAIL:
    > Salut,
    > Bien sûr j’adore les enregistrements dont tu me parles mais le son de Milt n’est pas trop flatteur.
    > Pour pleinement apprécier sa sonorité je te recommande le live à Montreux avec Oscar PETERSON ( Pablo)… extraordinaire ! et tu connais ma retenue dans mes jugements . Malheureusement difficile à trouver .
    Milt Jackson - Live at Montreux 77
    > Autres merveilles d’enregistrement et de musicalité :
    > – JACKSON-PETERSON chez Pablo : “Two of the few” ; “The very tall band” ;
    ” Ain’t but a few of us left ” … correspondant peut-être plus à ton feeling .
    Milt Jackson - Two of the few Milt Jackson - Ain’t but a few of us left Milt Jackson - The very tall band
    > – JACKSON-Monty ALEXANDER ” Memories of Monk” également intitulé “Live in London” > ( acquis il y a 30 ans sous ce titre) avec un “Django” de référence .
    Milt Jackson - Memories of Monk
    > – Ne pas négliger les enregistrements HAMPTON-PETERSON-B.RICH-B.DE FRANCO des années 50 chez VERVE dans lesquels HAMP est très inspiré ,secondé par des complices à son niveau.
    > Ses tounées en France étaient alors complètement formatées par les organisateurs , parler de Buddy , d’Oscar etc …à certains, étant le signe d’une déviation musicale pour faire du commercial , au contraire sauter en concert sur un tom basse étant le summum pour un musicien non commercial inspiré .
    > Pour mémoire je te signale qu’en 1953 au Théâtre de Bayonne la section de Tp du HAMPTON BB ( j’y étais ) comprenait Art Farmer , Nat Adderly , Quincy Jones et Clifford Brown…

    > Keep swingin’
    > JP

Donnez votre avis

Votre email restera confidentiel. Les champs requis sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*