Clicky

Dexter Gordon

En voilà encore un autre musicien que l’on écoute souvent …j’allais dire, surtout les saxophonistes , tant il est un de ceux, qui, à mes yeux, représente le plus je jazz achevé, je veux dire par là, un jazz arrivé à maturité, qui a assimilé tout ce qui avait de vrai, d’authentique, mais aussi de novateur, d’intelligemment technique… Il me fallait vous parler de Dexter Gordon, qui a évolué au summum dans la période, selon moi, la plus féconde de l’histoire du jazz, les années 50, et qui a été une sorte de porte drapeau, celui devant lequel on a tous envie de lever notre chapeau….

Allez!…. mon intro est déjà trop longue…

Dexter (tiens, mais on y reviendra, ça ressemble à Lester…), est né en 1923 à Los Angeles (Californie). A 13 ans, il connaissait bien la théorie musicale et la clarinette. Le saxophone alto est vite arrivé entre les mains du jeune Dexter, puis il y eut le coup de foudre pour le tenor (à 17 ans). Rapidement, Dexter a joué dans les divers orchestres de l’époque, et notamment celui de Lionel Hampton! Pas mal pour se faire les lèvres et les doigts!…En 1943, il rencontre Lester Young. On imagine le choc chez ce jeune qui avait les oreilles grandes ouvertes!….Il a vite fait un apprentissage assez varié et plein de richesses…Chez Louis Armstrong!, et puis très vite chez Billy Eskine, ce dernier étant considéré comme celui qui a accueilli dans son orchestres tous les jeunes boppers..

Et puis, c’est la rencontre avec Charlie Parker et Miles Davis… Là encore, Dexter observe et écoute… beaucoup… Il reste pas mal d’années en Californie… Il fait aussi de grands sauts vers NewYork, pour découvrir là bas Dizzy Gillespie, Tadd Dameron, Fats Navarro, Howard Mc Guee….… La formation musicale et celle de jazzman de notre jeune homme est à présent complète… Il va beaucoup jouer en petites formations, et va déjà commencer à se mesurer aux autres jeunes loups dans des joutes célèbres. Il affronte ainsi sans complexe, Wardell Gray, puis Gene Ammons, plus tard, Johnny Griffin. A cette époque frénétique, il tombe dans les excès.. Junky, il est incarcéré entre 1953 et 1955 pour une affaire de stupéfiants…On en connaît d’autres parmi les grands…

En 1962, Dexter va, comme beaucoup (Ben Webster, Kenny Clarke, Hal Singer etc…), constater qu’en Europe, les musiciens américains sont mieux considérés, et il va s’installer au Danemark pour retrouver de bons pianistes complices, comme Kenny Drew, ou Horace Parlan Mais il ne perd pas pied avec NewYork, où il se rend assez souvent pour enregistrer. Je passe assez vite, car il y en aurait des choses à écrire pour essayer d’être le plus complet…

En 1976, il tient le rôle principal dans “autour de minuit“, un film poignant de Bernard Tavernier. Il y sera formidable. Les parties musicales sont splendides et en même temps mélancoliques, car Dexter joue trop bien le personnage de Dale… C’est un peu son histoire, avec la descente aux enfers du fait de l’alcool et la drogue… Mais toujours la musique….. Il posera sa sax dans son étui pour toujours en avril 1990.

Le style de Dexter Gordon est assez facile à définir, car Dexter joue “simple” et lisible. L’écoute de ce grand musicien est à conseiller, selon moi, à ceux qui veulent apprendre à improviser, avec des phrasés pas trop compliqués, mais qui vont droit au but. Il existe dans la musique de Dexter (pas franchement un bopper selon moi), beaucoup d’inspiration, un son mature, et d’excellents appuis sur le tempo. Il faut aussi capter son son qui est magnifique.
Inconstablement Lestérien (il faut l’écouter dans ses premiers enregistrements célèbres de 1944), Dexter a pris plus de force que chez son maître (peut-être en simplifiant, je dirais, qu’il se rapproche de ce point de vue de Coleman Hawkins?). En tous les cas , beaucoup , comme Sonny Rollins se sont inspirés de cette manière de jouer très détaché, avec chaque note en valeur, sans rechercher spécialement la dexterité…. oui,oui, Dexter!… Les duels avec notamment Wardell Gray, sont à écouter, mais j’ai une petite préférence pour les faces enregistrées par Dexter pour la firme Blue Note (“a swinging’ affair” avec “Don explain”!…). Dans “autour de minuit” les cinéphiles vont profiter du jeu magnifique de Dexter…. J’adore dans ce film, la scène où il parle au psychiatre, en lui expliquant que ce qu’il veut, c’est jouer. La caméra de Tavernier filme alors ses longs doigts qui dessinent un court phrasé..Magnifique!…

Que dire de plus sur Dexter Gordon ? Il faut l’écouter. Beaucoup de musiciens l’ont fait. Ca se sent dans leur jeu. Je pense à nos français , qui sont aussi nos amis: André Villèger ou Stéphane Barbier. Certainement la bonne école…Pas la seule, mais une des meilleures….

.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis

Donnez votre avis

Votre email restera confidentiel. Les champs requis sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*