Clicky

Art Tatum

tatum couv0n dit souvent que Art Tatum est le plus grand pianiste de jazz de tous les temps…. jamais égalé… J’aurais personnellement tendance à le penser… Mais le débat reste ouvert…. Tiens! J’aimerais bien avoir votre avis!…..

En tous les cas, il est vénéré par les pianistes eux-mêmes… Tenez…. une anecdote à ce sujet… Un soir, dans les années 40, Art Tatum entre dans un bar de New York. Le grand Fats Waller est au piano. Ce dernier s’interrompt, se lève  et s’adresse au public: ” Je joue du piano comme à l’accoutumée, mais ce soir, c’est Dieu en personne qui se trouve parmi nous!”. Magnifique, non ?

Il faut dire qu’Art Tatum, né le 13 octobre 1910 à Toledo dans l’Ohio, malgré le handicap d’une quasi complète cécité depuis son enfance, est apparu très vite chez les pianistes de Chicago mais aussi de New York, comme un véritable génie. Dans les années 20, la ville de la Nouvelle Orléans avait été désertée par les jazzmen qui créèrent à Chicago notamment, une nouvelle forme de jazz moins nomade. Le piano occupa vite une place de choix et les plus grands joueurs de stride inspirèrent fortement le jeune Art, lequel était déjà doté d’une excellente formation musicale acquise dans une école de non voyants. Il avait vite capté ce qu’il y avait de meilleur chez Willie Smith “the Lion” et James P.Johnson, pianistes à la robuste main gauche, se promenant à grande vitesse de la basse à l’accord, alors que la droite virevoltait, quand elle n’imitait pas la trompette, comme la main droite de  Earl Hines. Mais Art Tatum voulait faire encore plus, encore mieux…. Comme l’a joliment écrit Michel Perrin dans son “histoire du jazz” (1967 Larousse), il ” semblait avoir un plaisir physique à faire ruisseler des myriades de notes, à prendre sa revanche sur la nuit en tirant des feux d’artifice sonores”.

3593777[1]Nous y voilà…On a souvent critiqué  la virtuosité de Tatum!, sa propension a parcourir toutes les notes du piano à une vitesse vertigineuse et ce, de façon peut-être trop fréquente, ce qui peut déconcerter ou pousser certains à prétendre que c’est “too much”. Son jeu de façon plus générale pouvait déranger ou pour le moins surprendre…. On peut citer deux détracteurs célèbres. André Hodeir, qui soutenait que Tatum “était un virtuose sans ambition,  qui adoptait face à la musique une attitude trop formaliste”…. Bon, venant d’Hodeir, ça ne m’étonne pas. Mais en revanche, Boris Vian exagère quand il écrit dans ses célèbres chroniques de jazz en 1955 (il avait ses têtes!) que “Tatum,  n’arrivant pas à la cheville d’Ellington en matière de création, jouait très remarquablement la musique morte” (Vian faisait allusion à l’adaptation d‘Humoresque). Chacun ses goûts. Certains ont qualifié Tatum de “génial pianiste de bar”, ce qui n’est pas spécialement gentil!….

Pour ma part, je pense qu’il convient d’appréhender la virtuosité, l’afflux de notes, une certaine exagération, tous ces éléments donc, avec l’effet produit: des idées  inédites et renouvelées, un mise en place parfaite, une articulation modèle des deux mains, un embellissement permanent de la mélodie, une remarquable audace harmonique et disons-le, un grand swing. On aime ou on aime pas. Moi…j’aime!….Ca roule. C’est profond. Ca réchauffe le cœur!… C’est surtout surprenant!… Comme l’a écrit Stéphane Grapelli. “En l’écoutant en disque, j’ai cru longtemps qu’il y avait trois pianistes qui jouaient en même temps!”.

Il demeure incontestable que ce grand du jazz a influencé beaucoup de musiciens, et pas seulement des pianistes. C’est marquant lorsqu’on écoute le saxophoniste Coleman Hawkins, pourtant musicien plus âgé que lui, et le papa de beaucoup. C’est bien sûr chez les pianistes modernes, que l’empreinte a laissé de nombreux impacts. Je pense à Erroll Garner (un inconditionnel de Tatum qui parle à son sujet de “force d’expression unique”),  à Oscar Peterson (lui aussi taxé par certains d’excessive virtuosité!) à Bud Powell (pour l’articulation),  aux français Martial Solal et Bernard Peiffer, ou encore à McCoy Tyner. Les pianistes classiques comme Arthur Rubinstein, qui ont pu l’écouter en direct,  ont fait part de leur étonnement et leur admiration.

tatum Hamp et RichArt nous a quittés très vite, en 1956, à la suite d’une crise d’urémie. Il avait 46 ans. Bien jeune!….. On peut le voir sur de rares documents filmés avec le contrebassiste Slam Stewart et le guitariste Tiny Grimes. Ce trio avait été formé en 1946,  et se produisait souvent dans la 52ème avenue de New York. On retiendra dans la discographie tatumesque  les plages de 1944 au cours de “l’Esquire jazz concert”, avec Coleman Hawkins et Louis Armstrong,   “Tiger rag” de 1950, ou encore le “trio blues” avec Red Callender (basse) et Jo Jones (drums). J’ai un faible pour les enregistrements Verve des années 50. Vive Norman Granz!…. Les séances en solo chez Ray Heindorf, et surtout les rencontres passionnantes avec Roy Eldridge, Benny Carter, Lionel Hampton, Buddy Rich, Harry Edison, Buddy de Franco et….. ma préférée , celle avec Ben Webster le 11 septembre 1956, pour moi un des plus beaux disques de jazz et de musique tout court… Pout Tatum, en pleine force de l’âge,  majuscule, certainement le chant du cygne, en superbe compagnie, Ben étant lui aussi fantastique dans ce magnifique échange.

Tatum a t -il été un novateur, un révolutionnaire ?. Je ne le pense pas. Il n’a pas enfourché le cheval bebop, même si beaucoup de musiciens de cette école l’ont beaucoup écouté. Ses fulgurances, ses géniales incursions dans l’insolite, venaient de lui, de son immense envie d’explorer à fond la musique. Il n’était pas non plus accompagnateur, même si les rencontres enregistrées avec d’autres sont sublimes. Il jouait trop, un peu comme Hampton,  derrière les solistes… Mais ça passe très bien. Il était Art Tatum, de l’avis de beaucoup, un génie du jazz.

Cela faisait un moment que je voulais faire un petit billet sur lui.

Bonnes vacances à tous!

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis

5 Commentaires

  1. Le point de vue de Vian sur les mérites de Tatum et Ellington est peu discutable : Tatum est un plus grand technicien du piano , mais Ellington est un plus grand créateur .
    Comme swingman , Tatum égale-t-il Armstrong ou Waller ?
    Je ne trouve pas , mais je ne connais peut-être pas les disques où Tatum est à son meilleur niveau de swing .

  2. Merci messieurs les spécialistes et passionnés….Je suis ravi, comme les lecteurs du jipiblog, de votre contribution…..Je pense évoquer très vite le fantastique Fats Waller!….

  3. Un billet qui fait plaisir à lire… tu demande un avis ? Mais c’est OK à 200 % sur ce que tu écris ! Tatum, c’est la fulgurance incarnée.
    J’ai eu l’occasion dans une vie antérieure et parisienne de recevoir beaucoup de jazzmen US à la maison. Après dîner (ou souper !), on écoutait des disques au choix de l’invité. A très peu d’exceptions près, ce choix se portait sur Louis Armstrong ou sur Art Tatum (ce dernier choix, par exemple, par Albert Nicholas et George Benson). George Benson nous a expliqué que son plus cher désir était de parvenir à jouer de la guitare comme Tatum du piano, et qu’il travaillait dans ce sens avec acharnement (il avait alors 22 ans). Grappelli, lui aussi, vouait à Tatum un véritable culte, il n’y a qu’à entendre ses solos de piano… auxquels on ne pense jamais, et qui sont tatumiens au possible. Je me suis souvent demandé ce que Jules (Massenet) aurait pensé de ce que Tatum a fait de son Elégie… bonne occasion de rappeler que des pianistes classiques notoires, eux aussi, plaçaient (et placent encore, sans doute) ton héros du jour tout en haut dans leur hiérarchie personnelle. Tiens, je vais de ce pas m’en payer une bonne tranche… n’oublie pas quand même Hank Jones et Billy Taylor… amitiés et bonne retraite ! Laurent

  4. Merci Jean Paul pour ces précisions, notamment de discographie. Il y a tant à dire dur Art Tatum, que l’on peut encore découvrir….

  5. Le piano stride est né et s’est développé à Harlem dans New York City. James P. Johnson, Fats Walller, Willie Smith the lion, Donald Lambert, Luckey Roberts en sont les maîtres. Earl Hines se trouvait à ce moment là à Chicago, après avoir quitté Louis Armstrong. Il jouait avec son grand orchestre au Grand Terrace propriété d’ Al Capone, qui était fou du musicien.
    Tatum était aussi un maître du stride. N’oublions pas par ceux qu’il influença : Teddy Wilson et Nat King Cole qui en privé avait jeu proche du sien. François Rikhac, Phineas Newborn, Aujourd’hui on peut citer Rosanno Sportiello
    Parmi les disque indispensables :
    les enregistrements decca en pianio solo
    • The complete Capitol Recordings (Capitol 1949-52)
    • Art Tatum Masterpieces with red callender and jo jones pablo records1956
    • – 1934 : Art Tatum 1932-34 (Classics)
    – 1949 : The Tatum Touch (Columbia)
    – 1949 : The Complete Capitol Recordings (Capitol)
    – 1951 : Lasting Impressions (Giant of Jazz)
    – 1953 : The Genius of Art Tatum, Vol. 1-8 (Verve)
    – 1953 : The Tatum Solo Masterpieces, Vol. 1 (Pablo)
    – 1954 : The Tatum Group Masterpieces, Vol. 1 (Pablo)
    – 1955 : 20th Century Piano Genius (Polygram)
    – 2002 : The Quintessence 1944-1947 (Fremeaux)

Donnez votre avis

Votre email restera confidentiel. Les champs requis sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*