Clicky

La guitare jazz

Charlie Christian

Charlie Christian

Pour ce billet,  que je ne veux pas trop long,  je dispose de six cordes,   d’un clavier d’ordinateur…. et de mes sensations……Parler de la guitare…jazz…Quelle aventure! …

Alors, tant pis pour les exégètes, les encyclopédistes du jazz,  ou de la guitare, les furieux des détails…Ils n’auront pas tout. Loin de là!.. On sentira de ma part, du parti pris, peut- être des lacunes… mais essayons de parler de l’essentiel, et de ce qui touche le coeur!.. un parcours partisan, c’est sûr!…

Merveilleux instrument, à la fois, mélodique et rythmique, à la portée de tous (pour tirer quelques notes…), dans les bras des amoureux des chansons, des apprentis rockers, de ceux qui privilégient les moments conviviaux…près d’une roulotte par exemple, ou autour d’un feu de camp. J’en ai joué surtout aux scouts!….

Mais c’est un instrument que l’on peut traiter avec académisme, de façon sérieuse, pour vraiment remplir les plus grandes exigences musicales…. Grattons donc ensemble uniquement dans le jazz… le terreau est déjà immense et profond.

T.Bone Walker

T.Bone Walker

Les premiers musiciens au début du siècle, ont peut- être préféré le banjo, plus sonore et convenant mieux aux parades dans la rue. Mais ce sont les bluesmen qui ont utilisé avec grand talent  la guitare à six cordes (mi la ré sol si mi)  pour accompagner leurs mélopées. Il faudrait dresser une longue liste des ces ancêtres prestigieux et peu enregistrés malheureusement. Big Bill Bronzy, Leadbelly, et plus tard T. Bone Walker peuvent être cités ici, ainsi que  tous les as des “chicago blues festivals”.

Freddie Green

Freddie Green

Dans les années 30, la guitare va trouver une réelle place dans les rythmiques des orchestres, soit en pur et unique accompagnement, parfois sans amplification (Freddie Green chez Count Basie) soit, en s’émancipant mélodiquement,  et en fauchant ainsi la vedette aux soufflants… Exemple, Charlie Christian (photo d’ouverture) , lequel à l’instar de Eddie Durham, a utilisé avec goût et une grande efficacité , l’amplification. Chez le pianiste Fats Waller, on avait déjà remarqué Al Casey, lequel nous a émerveillés jusqu’au bout de sa longue carrière.

Django Reinhardt

Django!

Durant cette époque, en France, Django Reinhardt, va émerveiller le monde musical,  en créant un style propre, bourré de swing, comme ça, sans avoir appris, et sans avoir, semble t-il, subi les influences, notamment américaines. Il fut ainsi le créateur du style manouche, qui mériterait (mais ça viendra!) d’être mis en valeur dans un autre billet!…

Ca y est! Dans les décennies qui ont suivi, la guitare a acquis ses lettres de noblesse. Les progrès de l’enregistrement lui ont donné toute sa dimension. De superbes musiciens vont complèter les plus célèbres formations, apportant ce son si particulier, comme celui qui s’invite… Apparaitront alors sur les scènes du jazz, Billy Mackel, Jimmi Shirley, puis plus tard, Barney Kessel, Tal Farlow, Kenny Burrel (vedette avec Grant Green chez Blue note), Jimmy Raney, le belge René Thomas, ou encore Jimmy Gourley.

George Benson

Plus moderne, (mais loué très vite par les hot club deFrance),  plus” mondialiste” par la suite avec une belle carrière de crooner, il faut citer ici George Benson. Pour beaucoup d’amoureux de la guitare demi caisse, il faut prendre garde de ne pas oublier le grand Wes Montgomery qui aimait jouer sans médiator, avec le bout de ses doigts. Vraiment superbe!Wes Montgomery
Dans cette longue litanie, il convient de mettre à part, ce que je nommerai des “phénomènes”. Joe PassJoe Pass, tout d’abord, véritable virtuose, mais aussi le très spectaculaire Stanley Jordan, parvenant à tout faire avec sa seule guitare (basses, accords, solos). Allez voir ça sur you tube!….Effarant!.

Je n’oublie pas , bien que ce ne soit pas ma tasse de thé,  les musiciens issus du jazzrock que beaucoup (plus jeunes que moi) vénèrent. Je veux parler de  Jimmy Hendrix (comment l’oublier!….) Pat Metheny, John Scofield, Larry Carlton, Larry Coryell,  John Abercrombie, ou encore John Mac Laughlin.

Stanley Jordan

Stanley Jordan

Parmi  ces “modernes”, j’ai un petit coup de coeur pour Jim Hall dont j’ai toujours apprécié le phrasé subtil, notamment aux côtés du  saxophoniste Paul Desmond. Bon, mais ça c’est très personnel!. Je n’oublie pas non plus, les adeptes de la bonne guitare sèche, “espagnole”, plutôt en réussite sur les morceaux brésiliens (Laurendo D’Almeida, Baden Powell,  ou encore Charlie Byrd)

N’oublions pas les français…Christian Escoudé, Patrick Saussois, le gaucher Marc Fosset, Christophe Davot, Nicolas Peslier le “poli” instrumentiste Stan Laferrière (photo) ,mais aussi

Patrick Saussois

(mais oui!),  Sacha Distel ou Henri Salvador!...il y en a énormément. Aidez moi à  complèter la liste  dans vos commentaires. Sur notre chère côte basque, ils sont nombreux à s’être produit avec succès,  notamment au regretté Soko à Hendaye!….. Marc Alibert, Emmanuel de Montalembert, Jean Marie Ecay (très connu, apprécié et hendayais!), Alain Pacowski, Eric Le Cordier ou encore Pascal Segala… En Guadeloupe, sont fort connus, les frères d’Huy, ou encore Raymond Winter…

Merveilleuse guitare…. Elle n’a pas fini de nous faire rêver….

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis