Clicky

Biarritz-Hollywood

Jacques Bergerac et Ginger Rogers

Jacques Bergerac et Ginger Rogers

J’aimerais vous raconter (pour ceux qui ne la connaissent pas encore…) l’histoire de Jacques Bergerac, l’épopée hollywoodienne de ce biarrot né en 1927, qui vit actuellement à Biarritz tout près du phare. Tout est très bien conté et documenté par lui-même et Denis Lalanne dans un livre “Une table chez Romanoff”, paru en 2003 (éditions La table ronde). Bien sûr, je m’en suis beaucoup inspiré….imagesCAJW5ZHA

Passionné comme je le suis par le cinéma américain des années 50, j’ai été particulièrement séduit par cette aventure que je peux vous raconter en quelques mots. Jacques, fils d’un fonctionnaire biarrot, a joué troisième ligne centre avec ses amis rugbymen de Biarritz. En 1952, Il est grand, il est beau, il a,  disons-le, une belle gueule et, dans ces agréables années de l’après guerre, il débarque  à Paris avec beaucoup d’envie. Il est alors loin d’imaginer ce qu’il va lui arriver!… Attablé à une terrasse, il est abordé par un nommé Al Tresconi qui travaille pour la Metro Goldwyn Mayer à Hollywood et qui lui demande d’emblée: “voulez-vous faire du cinéma?”…. Et oui, c’est allé très vite pour notre basque qui se destinait à une carrière très sérieuse souhaitée par ses parents. Il faut se décider !… Le grand plongeon ?…. .Coïncidence  heureuse: La célèbre Ginger Rodgers, l’inoubliable partenaire de danse de Fred Astaire,  est de passage à Paris…

Je vais très vite… Lui aussi… il s’est rapidement retrouvé dans les bras de la belle Ginger, grande star à cette époque. Il faut se rappeler que Marilyn n’était bergerac Jacquespas encore célèbre, et que la pin up Ginger figurait souvent  sur les avions américains de la 2ème guerre mondiale et sur les calendriers…  Notre gars du sud ouest est invité à rejoindre illico Hollywood … Ginger l’a demandé en mariage!…. Comme l’indiquait l’hebdomadaire “Paris Match“: “Elle a voulu faire d’un cadet de Gascogne une seigneur d’Hollywood”. Se laissant emporter par le tourbillon d’Hollywood, Bergerac tourne avec elle “twist of Fate”... Je possède peu de renseignements sur ce film  en noir et blanc qui n’a pas fait date…

caravane_vers_le_soleil,2[1]Disons- le tout de suite, Jacques Bergerac a tourné  plutôt des seconds rôles et n’a pas fait une grande carrière d’acteur. Il était surtout le “golden boy” de ces dames….Il le reconnaît lui-même,  expliquant que son accent du sud ouest ressortait trop dans son anglais. Ca devait faire bizarre aux producteurs américains si précis en tout. J’ai vu deux films dans lesquels il apparaît. “Les girls” de Georges Cukor sorti en 1957. La version anglaise permet de vérifier son accent. Pas mal, mêgigime si on “entend” un peu de Biarritz!… Il est entouré de Mitzi Gaynor, de Kay Kendall et de Taina Elg. La véritable star du film est Gene Kelly, selon moi un peu décevant par rapport à ses autres participations aux  comédies musicales. “Gigi” de Vincente Minelli est le deuxième film de Jacques à grand spectacle, . Minelli le tourne à Paris en 1958  avec un décor “début de siècle”. On y voit notamment Maurice Chevallier et Leslie Caron. Notre basque a un petit rôle dans cette superbe production. Il est censé patiner au Palais des glaces aux bras d’Eva Garbor. Il explique avec beaucoup de roublardise dans son livre,  que suivant les conseils de Gary Cooper, il fallait accepter tous les rôles, même quand on avait jamais patiné de sa vie!…. Le vol plané sur la glace lors de la première prise a été peu apprécié par Minelli, on s’en doute….

Par la suite, Jacques Bergerac a tourné dans une dizaine de films et pour la télévision, il a collaboré aux petits épisodes d’Alfred Hitchcock.

Avec Dorothy Malone

Avec Dorothy Malone

On l’a vu aussi paraître dans des show télévisés avec Dean Martin, Elvis Presley, Sammy Davis Jr ou encore Jerry Lewis. Il a tourné en 1958 un film un peu sombre (“un homme se penche sur son passé”) sur lequel je reste indigent en renseignements. Je garde pour la fin son intervention en 1958 dans “la caravane vers le soleil”. Cette année là, Bergerac divorcé de Ginger Rogers, a épousé une autre étoile du cinéma, Dorothy Malone, une autre blonde aux yeux bleus, elle aussi “idéal féminin” dans ces années glorieuses. Mais revenons à la caravane. Un film étrange, voire comique. Je ne l’ai pas retrouvé en dvd, mais on peut en découvrir des extraits sur you tube. Chercher à “thunder in the sun” (titre original américain). Le thème : les indiens pris en embuscade par des basques qui sautent de partout (“bondissants!”) en poussant leurs célèbres cris (lrrintzina)!!!!!. Un film américain qui a certainement plu à la colonie d‘Euzkara qui est réunie à Bakersfield. Moi j’ai trouvé cela très amusant. Ce film aurait été projeté il y a quelques années devant un public biarrot. Notre ami est tout à fait dans son rôle avec son béret et ses potes de la montagne.

Jacques Bergerac poussant son "irrintzina" dans "Caravane vers le soleil"

Jacques Bergerac poussant son “irrintzina” dans “Caravane vers le soleil”

Pourquoi ce titre de livre: “une table chez Romanoff”? Il s’agissait en fait d’un restaurant sur Wilshire Boulevard à Hollywood où se réunissaient toutes les célébrités. Il fallait y être. A la table de Jacques Bergerac un soir de 1952, excusez du peu…..  Ava Garner, Lana Turner, Ingrid Bergman, Gary Cooper, Ginger Rogers, Alfred Hitchcock, Gloria Swanson, et Danny Kaye!…Pas mal, non ?… Tiens, j’ai oublié quelqu’un… Humphrey Bogart…. Je pourrais ajouter “avec son flingue et son sourire narquois”. Il fallait aussi assurer et se trouver du bon côté…. Au cours du dîner, Danny Kaye va imiter la voix basque de Bergerac, en répétant ses phrases comme un perroquet… bon OK,!… Mais Bogart avait besoin de faire son numéro de mec pas sympa!… S’adressant à notre héros, il lui reproche devant tout le monde de se trouver à Hollywood et lui intime l’ordre de se tirer pour laisser la place aux autres!…. Rien de moins!… Et la suite du récit, me fait du bien, car on est basque ou pas!… Jacques Bergerac se lève, déplie son mètre 90, et demande à “Bogey” de venir s’expliquer dehors!… Ce dernier, suspendu au poing de l’ancien joueur du Biarritz Olympique, revient alors à de meilleurs sentiments et marmonne (on s’y croit!): “Jacques, tu as 25 ans et tu pètes la santé. Moi, je suis à moitié fini. Je voulais juste savoir si tu avais quelque chose dans le pantalon.’  Se tournant chers Ginger, il aurait alors ajouté: “affaire réglée. Il est OK ton frenchie.”. Voilà ce qui a pu se passer chez Romanoff un soir de 1952, il y a 60 ans. Et ça me plait bien.

Retiré à Biarritz...sa vraie patrie ?

Retiré à Biarritz…sa vraie patrie ?

Je vous l’ai dit, Jacques Bergerac, âgé de 85 ans, vit à Biarritz. J’aimerais bien le rencontrer au cours d’un prochain voyage sur la côte basque et lui demander,  comme ses amis biarrots: “alors parle nous encore de oulivoude”….

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis