Clicky

derniers achats

Noël est passé, mais il faut savoir continuer  se faire plaisir …N’est ce pas ? ……Un petit tour par Amazon ou Price minister m’a permis de me faire acheminer quelques petites galettes…Sans vouloir tirer les rois avec moi, la douane guadeloupéenne a réussi à me taxer un des deux colis…Il faut dire que l’octroi de mer et la TVA sont récupérés au passage par les gabelous antillais  sur certains paquets. Il faut bien faire entrer un peu d’argent par ces temps de disette.

Dans le rayon disques, la collection “the definitive Black and blue sessions”, est une merveille. On y fait des découvertes, mais surtout,  c’est  pour certains d’entre nous,  le moyen  de faire  revivre les souvenirs d’une période rêvée, celle des années 70… On achetait à cette époque  les disques réalisés par le bienfaiteur du jazz   Jean Marie Monestier , presque tous!…….Une magnifique collection avec une présence d’enregistrement remarquable   Il faut dire que nous nous étions chauffés les oreilles en assistant  auparavant aux concerts de ces merveilleux musiciens que l’on croyait retraités aux Etats Unis et que nous avons invités chez nous,  dans nos studios, sur nos scènes…… Ces disques “noirs”, sont  restés, pour moi,  dans un garde meuble sur la côte basque. Je les ai presque tous renouvelés en cds. Il m’en manquait quelques uns. Ils arrivent petit à petit…..

Voici Al Grey , le percutant tromboniste de Lionel Hampton et de Count Basie,  au cours de deux séances de 1973 et 1975. On y écoute aussi le robuste  sax tenor Jimmy Forest. On constate qu’un autre sax tenor  Hal Singer,  jouait encore fort bien à cette époque. On profite de l’excellent pianiste Tommy Flanagan. Ca swingue tout seul avec l’impeccable Bobby Durham à la batterie. La formation avec des tunes arrangés par Michel Attenoux, celle de 1973,  est formidable. J’adore notamment  “Grey’s mood”.

Il y a peu de temps,  je vous parlais des trombonistes. J’avais un peu oublié Gene “Mighty Flea ” Connors, qui jouait beaucoup en Europe en 1976, date de l’enregistrement qui m’est également parvenu . Ca déménage vraiment avec le fulgurant Eddie “Lockjaw” Davis, un sax de tous les coups,  et les bons!…L’orgue Hammond de Will Bill Davis ronfle profond derrière avec ses interventions tranchantes. L’excellent  et très fin Billy Butler nous émerveille à la guitare. Aux drums,  trône le très souple Oliver Jackson que nous avons aussi beaucoup côtoyé. Superbe disque! Un plein d’énergie !

Le saxophoniste Scott Hamilton ne déçoit jamais. Je possède  presque l’intégrale de ses enregistrements …Il me manquait pourtant “sulky Serenade”( jazz hour with), session enregistrée en 1981 en public à Atlanta. Superbe,  avec notamment le très subtil Johnny O’Neal au piano. Des standards fort bien choisis, comme souvent avec Scott (“Robbins nest”, “stella by starlight” ou “I remember you“) . J’aurai vite l’occasion de vous reparler de Scott Hamilton, retiré à présent à Londres. Il joue toujours formidablement bien…. il est encore très jeune (57 ans). On l’avait découvert sur des videos de Jean Christophe Averty,  filmées à Juan. Il était tout jeunot avec le cornettiste Warren Vaché aux côtés du célèbre Benny Goodman . A quand ces videos sur dvd ? ……Je pense que beaucoup figurent  sur le site de l’INA.  On rêve de voir rénovées ces merveilles que l’on a sur nos vhs pourries,  et dont les originaux dorment intacts sur des étagères de cet organisme qui semble vouloir nous en priver!!!!!

   Il est parfois des musiciens que l’on admire et qu’on connaît peu. C’est le cas,  pour moi du moins, de Ruby Braff, formidable cornettiste né en 1927 (disparu en 2003) , qui s’est beaucoup inspiré de Louis Armstrong et de Buck Clayton. Un phrasé subtil, fort bien découpé, une parfaite maitrise de l’instrument,  notamment dans les graves, une inspiration toujours très jazz. Un superbe musicien que je découvre dans quatre albums réunis en deux cds  par la magie  du cd (1957-1959). Un jazz plutôt classique dans un ambiance joyeuse et ce jeu sans faille et très attractif de ce musicien sensible et injustement peu connu.

 

 

Dans un autre domaine, celui du cinema, je recherche  ces trésors splendides, pas toujours faciles à se dégotter…Je viens de recevoir le coffret de luxe des “vacances de Monsieur Hulot”, œuvre complétement burlesque de l’immense Jacques Tati.  Ce film aussi , souvenir de jeunesse , me manquait terriblement. Il faut dire que “Mon oncle” , revu fort souvent,  reste pour moi le chef d’œuvre absolu de Tati. Difficulté aussi, même par internet  pour recevoir “jour de fête” très rafraichissant Hourra! Les “vacances” sont arrivées. Une merveille! avec des choses très simples, pas d’intrigue ou de scénario, pratiquement pas de dialogue, des scènes de tous les jours ….et ce Hulot qui sème la pagaille partout il passe,  avec cette dégaine vraiment unique et ses chaussettes rayées….. Beaucoup de poésie…On pense à Charlie Chaplin, à WC Fields .Il y a dans le coffret dvd, le film intact  de 1953, mais figure  aussi la version restaurée avec pas mal de changements,   d’orchestration notamment. A ce sujet, le dessinateur Sempé, nous rappelle dans les bonus,  qu’il avait regretté que la musique originale  de Alain Romans (“quel temps fait-il à Paris ?”) ait été retouchée….Il reste que ce film est un véritable enchantement. Il faut aimer Tati. c’est vrai. Beaucoup peuvent penser qu’il ne se passe rien. mais tout est là!…Il faut regarder ces grands moments en noir et blanc  avec nos yeux d’enfant. Confrontés  à ce fatras d’images que nous diffusent  cables et autres satellites, quel plaisir de revenir aux joies simples et à cet humour ravageur.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis