Clicky

Finale 2014, Sibelius, Musescore2 beta et les altérations

Les logiciels d’édition de partitions modernes respectent avec plus ou moins de bonheur les règles de la gravure musicale instaurée par les grands éditeurs historiques (Henle Verlag, Bosey & Hawkes, Breitkopf & Härtel…) dont l’approche visuelle rigoureuse a conduit les interprètes à la mise en place d’automatismes et de réflexes qu’il convient de respecter au mieux dans chaque partition.
Les détails de ces règles de gravure peuvent être propres à certains éditeurs, mais les options de base restent cependant les mêmes et sont en général respectées par les logiciels.

Cependant un pan entier des règles de gravure n’est pas rigoureusement bien interprété, voire assez mal par les logiciels. Sans doute est-ce par défaut de prise en compte de la problématique ou difficulté d’élaboration d’algorithmes convaincants. Il s’agit des altérations multiples sur les accords qui sont suivant les cas, mal ou très mal placés. Quelquefois cela frise le ridicule.

Je me suis donc attelé à la comparaison du placement de ces multiples altérations entre 2 logiciels majeurs que j’utilise régulièrement, Finale 2014, Sibelius 7.5 et un outsider, logiciel du domaine public donc gratuit qui dans sa nouvelle version beta se tire assez bien de beaucoup de situations. Il s’agit de MuseScore 2 beta. Je pense faire prochainement un billet sur ce logiciel tant je trouve intéressante cette évolution.

Les exemples ont été tirés de ces deux ouvrages majeurs sur l’art de la gravure musicale.
The art of music engraving and processing” de Ted Ross Hansen Books 1987 et surtout “Behind bars” d’Elaine Gould Faber Music 2011 qui est devenu mon livre de référence.
Behind-Bars-Art-of-music-engraving

Tous les exemples ont réalisés avec les paramètres par défaut des logiciels, sans aucune retouche ni réglage particulier. Pour chaque exemple on trouvera en tête la référence du positionnement des altérations tirée du livre d’Elaine Gould et au dessous l’interprétation qu’en fait chaque logiciel.

1 –

alterations2

On constate que Finale 2014 place les altérations dans le bon ordre mais que l’espace entre chaque est un peu trop grand, surtout pour les deux bécarres de l’accord en blanches. Sibelius est correct sur le premier accord mais n’est pas logique dans le placement du dièse sur le Fa du second accord. C’est MuseScore2 beta qui s’en tire de loin le mieux.

2 –

alterations3

Pour cette épreuve, les trois logiciels placent les altérations comme il convient mis à part, surtout pour Finale un espacement un peu trop important des bémols pour le premier accord. Encore une fois MuseScore est bon.

3 –

alterations-abcd

Ici Finale 2014 interprète bien le premier accord en blanches, l’espacement est bon mais la répartition des bémols du second accord en noires est classé acceptable (c) par Gould tandis que l’espacement du bécarre du Fa est beaucoup trop important. Sibelius réalise le même placement des 2 bémols du second accord seulement acceptable sauf que l’espacement du bécarre du Fa est bon. MuseScore lui réalise parfaitement le score acceptable (c)

Dans ce second exemple, Finale place correctement les altérations sauf curieusement le bécarre du Do du second accord qui ne suit pas la pente descendante des bémols. Sibelius et MuseScore font jeu égal en respectant l’exemple acceptable (d).

En conclusion on pourrait dire pour chacun des 3 logiciels testés que les résultats sont plutôt aléatoires en fonction des situations. Je mettrai cependant un mauvais point pour la gestion des espaces avec Finale 2014. Ceci pouvant se corriger facilement dans les paramètres de placement des altérations. J’ai été agréablement surpris pas les résultats de MuseScore2 dont je vais pousser l’expérimentation plus avant.

Pour terminer, voici un aspect ou les 3 logiciels brillent par leur inaptitude : le placement des appogiatures

Aucun logiciel ne prend en compte le fait que la note utilise des lignes supplémentaires pour allonger la hampe afin qu’elle ne les masque pas. L’espacement sur le deuxième temps est mal géré par les 3 logiciels. L’appogiature devrait se trouver au-dessus de l’altération.

On peut remarquer aussi sur ces trois copies d’écran que seul Finale 2014 n’augmente pas par défaut la graisse des lignes supplémentaires ce qui contrevient aux règles de bonnes pratiques et à la facilité de lecture.

Toutefois il faut dire que tous ces manquements aux règles de gravure peuvent être corrigés facilement par le réglage des options de chaque logiciel. Mais tout ceci nécessite de fins ajustements qui nuisent immanquablement à la rapidité du travail et demandent une très bonne connaissance du logiciel.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis