L’aviron va t-il ramer ?

Romain Barthelemy

Oups!…. En quelques mois,  deux coups de tonnerre dans le monde du rugby bayonnais!

En juin dernier,  l’aviron bayonnais termine en trombe sa saison et,  après avoir éliminé Brive en finale de Pro D2 à Pau, se trouve propulsé en top 14. Pour sa rentrée dans le “saint de saints”, tout le monde le voyait prendre une dégelée dans l’Arena parisienne du Racing. Et bien non. Nos bleus et blancs vont créer la grosse surprise de ce début de saison en allant battre les autres bleus et blancs franciliens dans leur arène…..

Il y avait de quoi mettre en joie le mundillo du rugby bien de chez nous. Un public fidèle , magnifique…Chez les joueurs,on a retrouvé  les qualités de l’aviron de toujours: vaillance, vitesse, adresse, flair, culot et talent.

En fait, on en revient pas. Alors que nous réserve l’avenir?. Le leader du coach Yannick Bru auquel semble t-il,  revient une large part de ce magnifique moment de bonheur; se veut modeste. Il sait très bien que la saison sera très dure face aux colossales écuries. La toise a été placée pas trop haut. Déjà se maintenir en Top 14 serait un bel exploit.

Djibril Camara

Mais nous sommes nombreux a nous sentir bien gaillards après ce que nous ont montré nos joueurs fétiches ce dernier samedi. L’ailer Djibril Camara, a, comme on dit dans le langage rugby, enrhumé la défense du Racing,  et le jeune arrière Aymeric Luc s’est imposé sur le deuxième splendide essai . Les talents derrière ne manquent pas et on a peur de rien avec Muscarditz, Duhau, Tisseron ou encore Romain Barthelemy prenant avec succès la suite sur le terrain de Manuel Ordas, notre jeune bleu qui semblait meurtri à force de se prendre des autobus sur le râble. Les deux charnières utilisées par les coaches n’ont pas grincé. Ruru et notre vrai bayonnais Guillaume Rouet ont été précieux. dans le registre dynamiteur.

Devant il fallait tenir

Pour que ça cavale derrière,  il fallait  des munitions. Elle furent fournies par les vaillants Gallarza, Battut,  Lamothe et le revenant Monribot qui jusque là se trouvait en rade à Toulon…. Il fallait caler la mêlée, celle de la 79 ème minute notamment. Le grognard Census Johnson était là. En fait, tous ont été héroïques.

Pourront-ils renouveler l’exploit samedi contre l’ogre auvergnat Clermont? . Pourront- ils jouer au dessus de leurs forces durant cette longue saison?. That’s the question? L’exploit à Paris a gonflé le moral des troupes et,  comme on dit, c’est toujours ça de pris….

Les sages et prudents avaient commenté la montée comme un grave erreur. D’autres ont pensé à juste titre que c’était une belle récompense et qu’il convenait de se faire plaisir. La fusion avec Biarritz,  ce vieux serpent de mer, semble oubliée….Les oiseaux de mauvaise augure chantent maintenant l’air de la “Pena baiona” avec un voix qui porte peu. L’aficion des autres, nettement plus nombreux,  a repris le dessus dans les rues de Bayonne et dans l’antre de Jean Dauger.

Julien Tisseron autoritaire

Alors , certes on va ramer…Mais alors très fort, contre les vagues agressives et les courants capricieux. Mais la chaloupe tanguera de belle façon. Elle fera tout pour résister aux roulis..

Il y a encore de quoi s’enthousiasmer.

Allez l’aviron.

 

Photos : Rugbyrama

Commentaires
Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  • 25
  •  
  •  
  •  
  •  

Ajoutez votre grain de sel à cet article

Votre email ne sera pas publiéLes champs requis sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Centre de préférences de confidentialité