Clicky

L’avenir de l’aviron bayonnais

Et si je vous parlais un peu de rugby ?….Surprenant , non ?

Pas pour ceux qui me connaissent bien,  et qui savent que je  suis un mordu de ce sport, un fan de l’aviron bayonnais, un de ceux qui manquent rarement les matches …à la télévision (merci Canal+! …Eh oui, en Guadeloupe, le rugby n’est pas roi!).

Bref, j’avais envie de mettre un peu les pieds dans le plat,  et donner surtout mon avis……tout cela vu depuis les Antilles… (vive internet!…). Quand on aime l’aviron, qu’on a porté le maillot bleu et blanc quatre décennies après un oncle et parrain glorieux, Fernand Theodoly-Lannes, (champion de France 1938) (en bas à droite sur la photo), on ne peut que vibrer en allant supporter les bleus et blancs, et rêver, en grands nostalgiques,  au jeu “à la bayonnaise” que pratiquaient,  il n’y a pas si longtemps, les Belascain, Perrier, Alvarez et Pardo, finalistes de 1982. Dans l’équipe de l’aviron, il y avait depuis la guerre des noms bien d’ici. (Larreguy, Etchepare, Ainciart, Celhay, Etcheto, Urrutiaguer, Fagoaga, Uthurrisq, Thicoïpé, Garat ou Gastambide!….).

Dans l’équipe pro d’aujourd’hui, Aretz Iguiniz, fait figure de “dernier des mohicans”. Il est un des rares survivants de ces valeureux piliers basques qui ne mettaient jamais un genou ou une épaule à terre (Iracabal, Dospital, Ondartz, ou Azarete). On a aimé follement cette longue période, où se jouait “tout à la main”, ces contre attaques parties dans les 22 ou dans l’en but, quitte à se faire plaquer avec le ballon (n’est ce pas Christian Mendiboure?…). C’était l’époque où  les équipes réserves de l’aviron,  dont je faisais partie en 1976 et 77,  rencontraient les clubs voisins, pour une omelette aux chichons et  pour l’amour du maillot seul fourni par le club, car il fallait se laver le short et les chaussettes!..

Il est loin le temps où Jean Dauger foulait en grandes enjambées le stade de Picquessarry et plus tard de Saint Leon (qui porte à présent son nom) . Son passage au XIII en 1936 était déjà une histoire de sous!…. Mais passons…Quel beau joueur qui a rejoint l’aviron en 1941, car le régime de Vichy avait interdit le jeu à XIII!… Allez savoir pourquoi !…Regardez- le sur cette photo. Il perce plein champ. Bien droit!…comme plus tard André Boniface

Alors, où en est- on en 2011?

L’esprit demeure, c’est sûr!… Sur le terrain d’abord, où la vaillance n’est pas un vain mot, et où brillent les étoiles capables des plus folles relances (Sam Gerber et Yohan Huget). Dans les tribunes ensuite, avec un des plus beaux publics du top 14. Quatorze mille supporters, supportant jusqu’au bout et dans la défaite le cas échéant  leur équipe , supporters  qui chantent tous ensemble le “vino griego”, leur hymne que l’on entend à présent dans les travées su stade de France durant les matches internationaux!… Rien que pour cela, on a pas envie que l’aviron coule!…

Alors Michel Cacouault à la place de Francis Salagoïty, quelle importance ?…. Ils se sont bien querellés. On a pas tout su…. Il y a eu un vainqueur au terme d’un débat trop médiatisé, où des coups bas ont été nombreux. Francis Salagoïty, auquel on peut reprocher des choses (des phrases malheureuses surtout) , était pourtant depuis onze ans un fidèle, un vrai “avironnard”. Il a été poussé vers la sortie par ceux qui en veulent encore plus…. Propulser l’équipe dans les meilleures avec… beaucoup d’argent!…. Le maire de Bayonne Jean Grenet ne voulait plus subventionner l’équipe et ne désirait plus voir le président. Le lunettier Alain Afflelou , après avoir chaussé ses montures en or, a fait semblant de partir… Laporte a claqué la sienne,  et va revenir en sauveur…. Il fallait sortir de cette crise. C’est fait à présent. Le budget va être énorme (18 millions d’euros!) . On va recruter de grandes vedettes venues de l’hémisphère sud…

Qui commandera l’aviron? Les puissances de l’argent ?…… Heureusement, les nouveaux conservent le garde le staff sportif dont Christian Gajan et Thomas Lievremont,  Pour combien de temps?…

Il y en a qui l’ont mauvaise. Il faut penser à présent  à la réconciliation, terme employé actuellement  au terme de guerres et de révolutions dans le monde.

Nous ne devons pas perdre de vue, que le rugby n’est qu’un sport. Mais c’est un sport de passionnés, j’allais ajouter….. de bayonnais… Alors ?…..

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis

Tags:

15 Commentaires

  1. Salut Pierre,

    Je suis hélas obligé de revenir en Guadeloupe cet hiver pour que nous puissions commenter le derby des mal classés, qui, je l’espère, le seront alors un peu moins, devant un verre de rhum ou de rouge (tu connais mes préférences). Daniel

    PS : Mon oncle Louis Junquas a été en son temps (lointain) un valeureux trois quart centre de l’Aviron et de l’équipe de France avant de monter voir le L.O.U. Mais j’ai été nourri à la mamelle biarrotte avec un père entraineur du B.O il y a quelques décennies.

    • Sauriez-vous où Louis Junquas est décédé et auriez vous les coordonnées de son fils? Tout cela car je prépare une biographie de votre oncle pour l’Encyclopédie du rugby à mise à jour périodique.
      Réponse possible à fran.meignan@infonie.fr

  2. Coucou Papa,
    Bravo pour tous ces articles que je lis à chaque fois, même si le jazz et le rugby ne sont pas mes domaines de prédilection. Mais ce sont ceux de mon papa, et ce, depuis toujours. Nous avons été bercés là-dedans et je m’efforce de m’y intéresser, car j’y viendrai forcément un jour, car toutes ces passions, tu nous les a très certainement transmises d’une façon ou d’une autre !
    Je suis fière de toi, tu es un papa extrêmement brillant, et pas seulement dans ta façon d’écrire ces supers articles sur tes différentes passions, mais aussi dans ta façon de voir toujours les belles choses de la vie et le côté positif de chaque situation. Tu es un rare et bel exemple d’intégrité et d’intelligence de vie, et je suis vraiment heureuse que tu puisses partager tout ça aussi à travers ces billets ! Gros bisous Papounet

  3. Avec cette belle victoire contre le stade français, l’aviron conserve ses chances de qualification….Attendons dans quinze jours!….

  4. Bravo Laurent!…Je sais que Panassié adorait le rugby…De là voir des points communs!….J’aime bien …”le jazz des sports”…Je suis ravi que tu lises régulièrement mes billets, même ceux qui ne traitent pas de musique…Je connais des musiciens de jazz passionnés par le rugby…Daniel Huck, Patrick Villanueva et Manu Marchez qui était un sacré troisième ligne..Il a toujours le gabarit…

  5. Bravissimo !
    Il y a un rapport étroit entre le jazz et le rugby, c’est un sujet pas vraiment facile à expliquer à ceux qui ne connaissent pas le rugby (et parfois pas le jazz non plus…). C’est une question d’élan et d’engagement de soi dans ce qu’on fait… les “fondamentaux” font appel aux mêmes ressorts et l’oublier ne pardonne ni pour l’un, ni pour l’autre. Les deux fameuses citations de Louis Armstrong sur le jazz s’appliqueraient aussi bien au rugby : “le rugby, c’est ce que vous êtes”… “l’important n’est pas d’être le meilleur, mais de faire de son mieux”. Si j’étais éducateur-ès-ovale, c’est ce que je dirais en premier.
    Merci pour ce billet sur le “jazz des sports”!

  6. Je te salue jean Marie plein de crasses!..Tu ne changes pas mon vieux. Merci pour ce verbe toujours acéré….Tu rebondis encore comme ce bon ballon ovale..Pas dans le sens logique…Mais on aime cela…Es-tu toujours à Hossegor ?. Amitiés.

  7. Ahf, le loup dans la supergerie, et son fantasme de la deuxième paire, ce sont des grandes classiques(voir l’étroit petit cochon et ses gens bons), est-ce une vessie pour du long terme ?
    Nostalgie des grands moments, pas toujours sans surprises, avec les grands anciens, l’emblématique Daugé, le Jean Bouin de Bayonne, Voyons ce que les vascons des temps modernes vont nous apporter, vivons le temps présent en laissant aux vaillants leur chance.

  8. je continue…Pardon pour les fautes…J’ai été coupé avant de pouvoir corriger mon texte…Je suis né à Saint Leon de Marracq à Bayonne, il ya 63 ans. Donc, je disais….A Iracabal, On lui demandait de pousser en mêlée!…Point barre!….Milesker à toi aussi pour avoir répondu dans le jipiblog. Bienvenue sur ce site de la côte basque!….

  9. Je me rappel aussi de bernard Duprat! Il débordait facvielemtn mais on ne pui donnait pas beaucoup de ballons!…Avec le rugby moderne, il se serait régalé. Iracabla ne touchait pas de ballons. On lui dema

  10. Que de beaux souvenirs dans ton récit, moi qui suis né dans le petit bayonne, proche d’une pharmacie…, il y a à peine 56 ans….. mais j’ai l’impression que c’était hier, lorsque enfant, je voyais Iraçabal sur son engin à la Ville, et le dimanche sur le terrain avec Bernard Duprat. Souvenirs à jamais, quand ce dernier débordait à l’aile avec son célèbre coup de pied à suivre pour récupérer le ballon et marquer l’essai, telle une fusée !!!!!!!!!!!
    Mais bon, la réalité est aujourd’hui bien différente, je dois avouer que ces entraineurs qu’on vire tous les ans, (PJE, Dourthe etc…..) puis le tapis vert de l’an passé, avec des joueurs qui soulèvent beaucoup d’interrogations, je commencais à hésiter parfois à faire des centaines de kilomètres pour sortir de jean dauger, avec l’ulcère à l’estomac et de l’hypertension……
    Allez parions sur l’avenir, aupa l’aviron !! et milesker pour cet article.

  11. Bonjour,
    Je suis supporter de l’équipe des rouges et blancs de la ville voisine, mais je suis tout a fait d’accord avec vous. Comme quoi tout arrive. Amicalement

  12. Merci de me faire découvrir l’histoire de l’AB. Supportrice depuis un an j’avoue qu’il y en a eu des évènements en une si courte période pour un Club. Espérons maintenant que l’Aviron Bayonnais va pouvoir encore avoir le bel esprit sportif qui l’a conduit jusqu’ici grace à tous ces beaux personnages que vous nous avez fait connaître (pour ma part en tous lex cas). Excellente journée sour le soleil des Antilles.

  13. je suis d’accord avec toi Vive le rugby d’antan (ah! jean Dauger, quel souvenir…)

  14. Bravo et merci pour ce superbe article ! Vive l’Aviron Bayonnais

Les commentaires sont fermés sur ce billet.