Dinah Washington

Dans la galaxie des chanteuses de jazz, on a tendance à oublier Dinah Washington “the Queen of the blues”.  Et pourtant….Pour moi, elle fut et demeure une des plus grandes, du moins une de celles dont le chant  me touche le plus.

Rappelons que Dinah (1924-1963) , comme beaucoup de vocalistes de jazz,  a chanté toute petite dans les églises,(elle à Chicago)  en jouant du piano et en gagnant plusieurs concours de chant.

En 1943,  et pendant trois années, elle a intégré l’orchestre de Lionel Hampton. Après un passage chez Lucky Thompson, elle va vite s’affirmer en réalisant des enregistrements marquants aux côtés de Quincy Jones, Clifford Brown,  Paul Quinichette, Clark Terry, Wynton Kelly ou  Joe Zawinul. Elle y développe un sens aigu du jazz, déjà très bluesy.

Vers 1954 avec Max Roach

Dinah avec , à gauche, Eddie Chamblee,

Dés 1959, dans un registre de variété américaine avec violons et de chœurs, c’est le succès mondial  avec “what a différence a day” ou encore “that’s magic”. Elle reçoit ainsi durant ces années magiques un Grammy Award.

Ce triomphe dans le monde des charts, a été précédé par un début de carrière de chanteuse de blues, ce blues que l’on ressent à tout moment dans son chant vocal, avec un magnifique vibrato, une expression que certains qualifient de nasillarde, mais d’un grande souplesse, avec une diction claire et appuyée, Dinah laissant trainer les phrases en se jouant des tempos.

Elle a toujours admiré la grande Bessie Smith et a d’ailleurs enregistré un disque dans lequel elle reprend tous les thèmes de “l’impératrice du blues”. Cette approche sensuelle de la musique ne la quittera plus.

C’était aussi un personnage, une forte femme à la vie sentimentale sulfureuse et mouvementée. Elle a tenu plusieurs cabarets dans Harlem. Excessive et en vivant intensément . Malheureusement,  elle est décédée assez jeune (à 37 ans) ayant abusé de l’alcool et des somnifères.

Dinah Washington, je le répète, m’a toujours ému par son élan déchirant, sa voix assez haut perchée, cette facilité pour faire swinguer les phrases. Elle a influencé beaucoup de plus jeunes, dans le domaine de la soul music ou du rhythm and blues, comme Diana Ross,Nancy Wilson, Carry Smith ou encore Dionne Warwick et Aretha Franklin.

Sa discographie chez Emarcy, chez Verve ou Roulette est abondante.

Ecoutez Dinah Washington!. Dans la video jointe, Dinah me demande…en fait elle demande au juge!…de ne pas actionner la chaise électrique…..

 

Commentaires
Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.