Clicky

Thumb Suite de Duke Ellington

 

Thumb Suite  Suite composée par Duke Ellington en 1933 au retour d ‘un voyage en Europe.

« Thumb » signifiant « Pouce » en français, d’éminents critiques y ont vu un hommage à Hugues Panassié.

Plus vraisemblablement, d’après Stanley Dance, l’œuvre serait dédiée à Tom Thumb, cycliste Afro Américain d’endurance, qui, n’ayant jamais monté un col, faisait merveille sur les routes plates des grandes plaines du Middle-West.

 

Composée en deux temps et trois mouvements, la suite est particulièrement originale.

 

1. Thumb ! : Malheureusement limitée à 3 minutes 40 secondes par la technique du 78 tours, l’interprétation consiste en trois chorus de silence, en tempo très lent.

La bonne qualité de l’enregistrement laisse deviner la respiration paisible d’Harry Carney., mais on regrette l’absence de Paul Gonçalvez et de son ronflement jubilatoire.

 

2. Eating on the Thumb : pris à un tempo d’enfer (340), ce mouvement mets en valeur la clarinette d’Alphonse Picsou, qui remplaçait Barney Bigeard retenu chez le dermatologue.

Dans l’esprit des Pique-niques Neo Orléanais, Alphonse ne joue que quelques notes, mais quelles notes !

Justement, personne ne le sait ! Benny Carter, sur son lit de mort, avouera n’avoir jamais pu relever ce solo.

L’allusion à la nourriture, la rapidité du tempo, donne une évocation prémonitoire du Fast Food contemporain.

 

3. Thumb of Banboos : Ce mouvement en tempo très très très moyen et composé sur le mode Phrygien mineur, n’est pas sans rappeler l’hymne impérial Japonais.

Une telle audace aurait été impensable après Pearl Harbour.

 

Nb : Cette suite est trop courte (9Mn47) pour éditer un Cd, mais j’en ai trouvé une copie usagée en 45T à l’occasion d’une enchère chez Sotheby’s.

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis