Décès du batteur Louis Bellson

« Qu’il accompagne ou qu’il joue en solo, il est l’épitome de la perfection », disait de lui Duke Ellington. Louis Bellson, chantre de la batterie « neo-swing », est mort le 14 février à Los Angeles. Un prix remporté à 17 ans lors d’un concours organisé par Gene Krupa en personne le propulse sur la scène professionnelle qu’il ne quittera plus, accompagnant tour à tour Benny Goodman, Tommy Dorsey

Jazzman.fr – Le Blog
La suite sur le site de Jazzman

Commentaires
Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 Comment

  1. Et un de plus qui disparaît!….Louie Bellson était un virtuose avec un sens de tempo parfait. Duke Ellington ne s’y est pas trompé. Il l’a engagé, lui le batteur blanc de 1951 à 1953…On voit apparaître ce batteur spectaculaire dans quelques films. Il jouait avec deux grosses caisses. Et un gros coeur….qui l’a lâché à 85 ans.

    Pierre FAGALDE.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.