Clicky

André Villeger …….Hey Prof!….

La lecture du dernier “jazz classique” nous permet de découvrir un bel article sur André Villeger avec une copieuse et drôle (!) collection de photos.

la couverture de "Jazz classique

la couverture de “Jazz classique

André est superbe sur la couverture,   avec ce petit sourire espiègle, de celui qui possède la science et qui observe  avec amusement celui qui apprend. Je connais bien ce sourire. André Villeger a été et demeure à chaque  occasion notre professeur. Nous sommes heureux,  un certain nombre de mes amis et moi ,  d’avoir pu bénéficier de ses riches conseils. Quant au titre de Prof, je me souviens de Warren Vaché qui nous avait affirmé en enregistrant un disque avec lui à Léon (Landes) en 1990,  qu’André était son “prof”. Mais André préférera que l’on dise: notre ami.

Dommage que l’interviewer (Alain Tomas) n’ait pas passé davantage de temps avec André, du moins dans la reproduction écrite. Guy Chauvier nous avait habitué à une immersion plus profonde avec ses invités.

Mais nous connaissons bien André,  heureusement. on le découvre davantage dans cette interview et on connait à présent son actualité.

Oui, André a été,  et demeure, outre le musicien que nous admirons particulièrement , notre “maître de stage”,  plus que notre professeur. Devant le tableau noir avec l’étude des modes, mais aussi sur le “terrain”, lors des boeufs…. il était comme un coach… Et ça continue quand nous nous retrouvons….Beaucoup de sérieux dans l’enseignement, mais aussi de nombreux rires, avant et après,  surtout pendant…avec les réponses données par certains d’entre nous à ses questions savantes…

Alors, en lisant ce numéro de  “jazz classique”, nous complétons notre enseignement  en découvrant  ces lignes. “Seuls les bons musiciens entendent ce qu’ils vont jouer “…bigre!…Que de chemin à arpenter!…. J’avoue , qu’en attaquant une impro, je sais à peu près ce que je vais jouer et où je vais mettre les doigts. De là à penser à ma phrase avant ?….Mais je ne suis et ne resterai qu’un élève, souvent étonné par le conseil que l’on ne veut parfois pas entendre…Et puis un jour, bon sang…mais c’est vrai qu’il avait raison….

La musique est un très long apprentissage…le langage du jazz demande beaucoup de temps….du moins chez la majorité d’entre nous…Il faut beaucoup écouter,  copier, pour avoir ensuite un style propre. “Jouer comme”, ce n’est déjà pas si mal, surtout lorsqu’on médite sur la phrase citée par André , de Maurice Ravel: “un musicien n’a pas d’autre choix que de copier ses maîtres, jusqu’à ce qu’il se trompe ou qu’il se taise à tout jamais….” Un peu lugubre tout cela!….C’est sûr, André, même s’il n’a pas copié, a beaucoup écouté Bechet, Paul Gonsalves ou Dexter Gordon….Nous,  on souhaiterait avoir beaucoup écouté André…

Biarritz 1982 Pierre Fagalde, Pierre Boyer et André Villeger

Biarritz 1982 Pierre Fagalde, Pierre Boyer et André Villeger

Pour moi,  une des merveilles de merveilles de ma discothèque est la rencontre au cloître de la cathédrale de Bayonne d’André (tenor sax) avec Philippe Milanta (piano) dans un répertoire plutôt Ellingtonien. (“jazz aux remparts” JAR 64011). Je n’étais pas au concert,  qui a eu lieu le 21 juillet 1999, mais le disque ne me quitte pas. Tout le talent des deux hommes nous est ici offert, dans un exercice unique et enthousiasmant.

Voila,  je voulais vous parler d’André Villeger, reconnu davantage par les musiciens et les amateurs de jazz,  que par les medias. Un musicien que nous admirons avec beaucoup de fierté et d’amitié.

Toujours bravo à “jazz classique”. Emmanuel de Montalembert a rejoint François Biensan dans les nouveaux chroniqueurs. Que du bonheur….Un très interessant dialogue aussi avec le pianiste Thierry Olle. J’ai enfin noté une chronique savoureuse de Daniel Huck sur un disque du tromboniste Guadeloupéen Al Lirvat.

A retenir que les soirées jazz ont repris le samedi soir, au moment de l’apéro  au “plaza” de Biarritz avec l’orchestre “just friends”, mais aussi les habituels boeuffeurs de la basc coast!

Ici, en Guadeloupe, c’est la grève depuis plus de trois semaines. Tout marche au ralenti. Reste que le pays est magnifique, malgré la désertion des touristes qui reviendront vite, nous l’espérons. Demeure  aussi la musique,  qui ne connaît pas les revendications sectorielles. Le souk a remplacé le zouk!….. Mais on survit. Et on peut communiquer entre nous. Vive le jipiblog!.

J’oubliais…. retenez également les dates du festival “jazz en mars” (6,7 et 8 mars) à Tarnos, tout près de Bayonne. Arnaud Labastie et ses amis  ont concocté un beau programme,  avec notamment Rhoda Scott , Docteur Groove et Philippe Duchemin.

Fabien Mary (trompette) et Hugo Luppi (guitare) seront aux Ecuries de Baroja à Anglet les 31 mars et 1er avril. Le 2 avril,  le même Fabien Mary présentera son octet au théâtre de Bayonne.

Attention aux tempêtes sur notre chère côte b

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis

Donnez votre avis

Votre email restera confidentiel. Les champs requis sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*