Clicky

Les systèmes d’unités pifométriques. Essai de normalisation

La pifomètrie est une science très ancienne et universelle. La preuve en est que chacun vient au monde avec son propre pifomètre incorporé. Cette particularité, appelée pifogénèse, relève de la transmissibilité des acquis, et explique pourquoi le système pifométrique, au-delà de son universalité, reste sensible aux influences sociales, corporatives, voire raciales.

Dans ces conditions, il est tout à fait surprenant de constater que la pifométrie n’a jamais fait l’objet de travaux sérieux. Il n’existe même pas, au Pavillon de Breteuil ou ailleurs, d’étalons d’unités pifométriques d’un usage pourtant si courant.


Il est aujourd’hui nécessaire, essentiel et urgent de combler cette grave lacune. Il est temps que cette porte grande ouverte sur un champ d’investigation immense et quasi-vierge soit franchie.

Le pifomètre, instrument personnel comme il a été précisé, n’est en vente nulle part, bien entendu. Il est d’une remarquable justesse et d’une sensibilité inégalable : jamais personne n’a eu besoin d’un pifomètre à vernier, encore moins d’un pifomètre à vis micrométrique. L’instrument de base issu de la pifogénèse suffit en toute occasion.

Petit exemple

4.5 – Unités de temps

Le temps, grand seigneur de la physique, est une grandeur toute subjective, pour ne pas dire relative.

C’est pourquoi il intéresse au premier chef la pifométrie. Mais bien entendu, les unités qu’elle a adoptées n’ont strictement aucun rapport avec le sablier, le cadran solaire, le chronomètre et autre horloge atomique. Le temps passe, c’est certain, mais de quelle manière ? C’est de cela qu’il est important de rendre compte.

4.5.1 Le bout de temps

Unité de temps classique, employée aussi bien pour le passé que pour l’avenir, avec une notion de légère longueur. Les multiples sont le bon bout de temps et le sacré bout de temps.

EXEMPLE 1 : Ca fait un sacré bout de temps que j’aurais dû boucler ce dossier.

EXEMPLE 2 : Il va attendre un bout de temps avant d’avoir sa rallonge.

4.5.2 L’éternité

Unité considérée comme synonyme du bout de temps mais qui ne s’applique que si ce dernier a été ou sera vraiment difficilement supporté.

EXEMPLE : Ça fait une éternité que j’attends une promotion.

4.5.3 L’instant

Unité strictement équivalente au bout de temps et à l’éternité, mais qui accorde à l’intervalle mesuré un préjugé de décontraction, d’aisance et de légèreté.

EXEMPLE : Je me remets au boulot dans un instant, le temps de finir mon verre.

NOTE : les trois définitions précédentes montrent bien que la pifométrie ne se limite pas à mesurer une grandeur, mais qu’elle en précise aussi la qualité.

4.5.4 Le laps de temps

Unité jadis réservée à une élite mais qui tend à se démocratiser. La certitude apaisante qu’elle induit par essence peut être corrigée en lui associant l’adjectif “certain”, ce qui, paradoxalement, lui confère une certaine imprécision, voire une imprécision certaine.

EXEMPLE : Entre la donnée d’un ordre par le gradé et son exécution par le bidasse, il s’écoule un certain laps de temps.

Pour tout savoir sur les Systèmes d’unités pifométriques c’est par là

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parlez-en à vos amis

1 Commentaire

  1. Espérons que notre jazz ne se joue pas au pifomètre…quoique parfois…
    Ici, c’est l’histoire du fût du canon de Fernand Raynaud qui met un certain temps…. pour se refroidir…

    Au pifomètre, vous êtes en train de vous préparer un bon réveillon avec plein de bonnes à manger…Je suis sûr que je ne me trompe pas de beaucoup….

    Pierre.

Donnez votre avis

Votre email restera confidentiel. Les champs requis sont indiqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*