Montréal 4/7 : Lee et les gamins

Gesu, 23H, Lee Konitz & Mimsarah. Drôle de contraste après le 4tet extraverti de Wayne Shorter. Konitz joue en gants blancs (sic) des lignes fuguées ; le trio americano-israelo-allemand joue du bout des doigts, retenant sans cesse la bride. Ensemble délibérément introverti et un contraste aussi saisissant qu’en son temps Eric Dolphy face à Misha Mengelberg, Jacques Schols et un Han Bennink

Jazzman.fr – Le Blog
La suite sur le site de Jazzman

Commentaires
Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.