Décès du batteur Louis Bellson

« Qu’il accompagne ou qu’il joue en solo, il est l’épitome de la perfection », disait de lui Duke Ellington. Louis Bellson, chantre de la batterie « neo-swing », est mort le 14 février à Los Angeles. Un prix remporté à 17 ans lors d’un concours organisé par Gene Krupa en personne le propulse sur la scène professionnelle qu’il ne quittera plus, accompagnant tour à tour Benny Goodman, Tommy Dorsey

Jazzman.fr – Le Blog
La suite sur le site de Jazzman

Commentaires
Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 Comentaire

  1. P

    Et un de plus qui disparaît!….Louie Bellson était un virtuose avec un sens de tempo parfait. Duke Ellington ne s’y est pas trompé. Il l’a engagé, lui le batteur blanc de 1951 à 1953…On voit apparaître ce batteur spectaculaire dans quelques films. Il jouait avec deux grosses caisses. Et un gros coeur….qui l’a lâché à 85 ans.

    Pierre FAGALDE.

Votre réponse à Pierre FAGALDE Abandonnez votre réponse

Votre email ne sera pas publiéLes champs requis sont marqués *

Vous pouvez utiliser HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.